Pendant une grande partie de ma petite enfance, je rêvais régulièrement de ma participation en tant que victime à des sacrifices humains, en deux fragments d'histoires qui revenaient fréquemment :

1. Le Volcan: Je me voyais ainsi que des membres de ma famille en file indienne, accrochés les uns aux autres par une corde et nous marchions de nuit vers le cratère d'un volcan. Une sorte de prêtre nous y attendait et nous précipitait un à un dans les laves. C'était un moment très dur car je savais qu'il était impossible d'y échapper. La route était longue, je nous voyais tout en bas du volcan, à marcher titubant sous un flot d'angoisses, chaque pas nous amenant plus proche de la mort.

2. La guillotine : Nous étions, moi et des proches, dans une grande salle, au milieu de centaines d'inconnus, seuls ou en famille, à entendre les cris de ceux emmenés dans la pièce à côté, séparée par deux grandes portes. Cette pièce contenait des bourreaux et une guillotine, ainsi que quelques personnes juste choisies pour y être massacrées. A chaque ouverture de porte il était terrible de ne pas regarder cette guillotine, et en même temps il était évident d'éviter le regard des bourreaux à fin de retarder notre sélection pour la mort. A chaque choix, ces cris de malheur étaient insupportables. Les gens se débattaient, mais étaient de toute façon emmenés pour être tués, à leur tout.