Prémonitions & Clairvoyance

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Souvenirs du Futur

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 18 juillet 2009

Allan Kardec

Un des endroits à Paris ou j'ai pu assister à des expériences de clairvoyance, l'USFIPES, est placé sous l'influence de Allan Kardec. Je connaissais ce nom depuis des années mais préférant comprendre mes propres expériences avant d'avoir en surplus celles des autres, je ne m'étais jamais arrêté à ses écrits.

Il est tellement difficile dans notre vie matérielle de travailler ses intuitions et surtout d'être crédible en en parlant même à des très proches que je me suis toujours abstenu de lire sur le sujet, de peur de perdre ma crédibilité face à l'éventuelle réflexion et question : "Ce que tu me dis ressemble à ce que j'avais lu sans y croire dans le livre "TITRE". L'as tu lu toi aussi? Ha ! Tu l'as lu, alors surement ton cerveau interpole ces écrits et malgré toi tu te les aies appropriées avec le temps sans te souvenir de la source". Ainsi lorsque je parle de mes expériences et de mon point de vue sur la Vie, ses buts, ses raisons et ses conséquences, je sais et je peux sans mentir confirmer que mes pensées n'émanent que de moi.

Avec le temps je sais à présent que je n'ai plus à prouver, que ce soit à moi ou aux autres, que je crois au plus profond à ces idées. Aussi je me suis laissé la liberté après mure réflexion de lire enfin quelques œuvres d'Allan Kardec, tel qu'il s'appelait de son vivant la dernière fois qu'il est venu, en admettant qu'il ne soit pas déjà revenu.

Dans son Livre des Esprits, j'ai découvert avec une très grande satisfaction qu'il amène ses connaissances via des questions et réponses par centaines. Ainsi ces écrits confirment ce dont je n'ai pu parler avec personne, et confirment donc que j'ai bien fait de continuer à cultiver cet art de vivre. Il répond à beaucoup d'autres questions mais je préfère, peut-être par habitude ou orgueil humain, ne pas les consulter dans l'immédiat. Mais le temps venu, il me suffira de piocher et vérifier, car à l'instinct, je peux assurer que sa Connaissance est immense et pleine d'enseignement.

Merci à toi donc. J'espère que, petit à petit, malgré les gouffres dans lesquels l'humain s'enfonce et tombe, l'Esprit de l'Homme reprendra son importance, et que, quelle que soit sa religion, il Saura.

jeudi 17 août 2000

Rêflexions (retranscriptions)

Manque-t-il du temps ou du repos mental pour pouvoir réordonner ses projections futuristes antérieures ? L'amas emmêlé de possibles destinées si proche se confond en linéarité intemporelle qui peut s'écrire et se dire en deux mots : la Vie.

Sera-t-il enfin un temps où j'aurai la suffisante réflexion me permettant de tout réordonner, et qui me permettra de continuer mes rappels ?

Je ne sais pas quel est le but d'écrire cet ensemble de prévisualisations, mais le feu me dévore lorsque je m'en abstient.

Ensemble de souvenirs qui m'encouragent ou me mettent en garde, choix de mon intelligence de me les rappeler, la longue préparation n'est qu'éclair dans l'avant-Vie.

D'autres décident de garder ces souvenirs, d'autres les effacent pour le premier Jour, d'autres n'ont pas le choix et vivent avec ce qu'il leur a été soumis, en guise d'apprentissage ultérieur.

Est-ce un choix, un bon, un mauvais, une obligation ou un remplacement ?

L'état étant, spiritualité et clairvoyance n'en deviennent qu'extrême lucidité, et formidable sport de mémoire.

Au réveil, l'on se souvient ou on oublie, à force de s'émerveiller du contenu de nos rêves. Ces quelques mots évoquent déjà des années de visions immuables, sans que je sache quel fut leur point de départ ou leur raison première.

samedi 23 février 1985

La Lumière m'explique

J'avais à peine quelques années lorsque, au lieu de faire la sieste dans la pénombre de ma chambre d'enfant, je me levais pour allumer cette lampe que j'avais réalisé à l'école.

L'abat jour était une feuille blanche sur lequel j'avais dessiné naïvement des soleils et des gens avec les bras qui sortaient de leur tête, et le corps de la lampe était une bouteille vide recyclée avec des boules multicolores en papier mâché, que nous avions rempli à l'école de la rue Violet à Paris dans le XVème arrondissement.

Je restais ainsi de longues minutes à contempler, au lieu de dormir, les jeux de lumière à travers ces dessins et éléments colorés et ce n'est que l'année 2008 que j'ai compris que surement viennent de là mes intuitions, par ce procédé appelé phosphénisme.

Depuis toujours, une lumière hivernale parisienne marron me rendait littéralement malade, et mes travaux professionnels d'adulte se tournent essentiellement sur la photographie, comprendre l'écriture de la lumière au sens large. J'ai pu joindre de cette élément la clairvoyance et le matériel, ce qui est paradoxal mais donc terriblement humain.